Rencontre avec Pierre Marchand, virtuose mondial du diabolo

Il est énergique, débordant de talent et c’est surtout un virtuose du diabolo. Connu des français car il a notamment fait partie des finalistes de la France a un Incroyable Talent en 2012, Pierre Marchand est en ce moment en spectacle à Europa-Park dans le Cirque d’Hiver et le Dîner-spectacle.

Né en Corse, Pierre Marchand a grandi en Afrique jusqu’à l’âge de 7 ans. Ses parents, professeurs, ont ensuite été mutés à Paris et ont profité de ce retour pour inscrire Pierre à l’école de cirque d’Annie Fratellini et Pierre Étaix. Sa passion de la scène est venue de là et ses facilités pour le diabolo l’ont dirigé vers cette discipline. Il a ensuite intégré l’école des enfants du spectacle et en est ressorti avec son bac scientifique en poche a 17 ans et un numéro presque déjà abouti. Il a ensuite vite été reconnu dans sa profession et a décroché des contrats pour l’émission Le Plus Grand Cabaret du Monde ou le Lido où il est resté pendant 10 ans. Il a également fait des apparitions aux côtés de Vincent Lagaf’ dans le Bigdil où les candidats avaient pour mission de s’essayer au diabolo avec lui.

chevron-right chevron-left

Mais le vrai tremplin, c’était l’émission La France a un Incroyable Talent en 2012. Avec de nombreuses apparitions dans l’émission et une reconnaissance accrue au sein de sa profession, cette expérience a décuplé sa notoriété et sa popularité. Elle l’a propulsé dans le cœur des français qui ont pu le suivre et s’attacher à lui jusqu’en finale de la septième saison.

 « La finale est en direct, c’était compliqué mais ce fut une très belle expérience et cela m’a impacté pendant plusieurs années, on me reconnaissait dans la rue et on m’en parle encore maintenant d’ailleurs. »

Une partie de son numéro se déroule dans l’obscurité

Et Europa-Park ?

Michael Mack l’a découvert au Lido de Paris il y a une dizaine d’années et l’a embauché pour son mariage. Tous les deux ont ensuite souhaité travailler à nouveau ensemble mais cela n’a pas pu se faire jusqu’à cette année puisque Pierre Marchand signe ses contrats très en avance depuis une quinzaine d’années.  Son contrat avec Europa-Park a donc été signé il y a 4 ans déjà !

« J’avais vraiment hâte de revenir travailler ici, je sais que les conditions de travail sont très bonnes. En plus, le cadre est très agréable et le public toujours enthousiaste, que demander de plus ! »

Pour venir le voir, deux options s’offrent à vous : le cirque en journée ou le dîner-spectacle en soirée. Tout au long de sa carrière, Pierre Marchand a autant travaillé dans des cirques que dans des cabarets. À Europa-Park, il fait les deux ! Ses journées s’articulent autour de ces deux shows entre lesquels il doit se préparer pour les différentes représentations, entretenir ses diabolos, s’entraîner, transporter le matériel d’un endroit à un autre… Son rythme est intense puisqu’il travaille 7 jours sur 7 et exécute son numéro plusieurs fois par jour. Le cirque et le dîner-spectacle sont deux univers très différents qui imposent leurs propres contraintes.

« La structure du numéro reste la même mais ça n’a rien à voir, l’élément de hauteur par exemple, très présent au cirque, n’est pas présent au dîner-spectacle »

chevron-right chevron-left

Son numéro, très énergique (il perd environ 1,4 kg par représentation), et qui dure 7 minutes 30, a été pensé avec son professeur, qui s’est occupé des enchaînements techniques par exemple, tandis que Pierre Marchand a imaginé la partie artistique. Chaque fraction de seconde et chaque gestes sont millimétrés pour que l’ensemble soit parfait. Malheureusement, même si Pierre Marchand connait son numéro par cœur, des ratés surviennent parfois :

« Le jonglage est une des disciplines du cirque les plus ingrates : en une fraction de seconde, tout peut tomber par terre et tout le public le voit. »

chevron-right chevron-left

Et après Europa-Park ?

Signant ses contrats en avance, il sait déjà où il sera les 4 prochaines années : Brésil, Suisse, Londres, Kirwiller. Pour avoir une vie privée en revanche, c’est plus compliqué en voyageant et s’entraînant beaucoup, et surtout, comme lorsqu’il est ici, en travaillant 7 jours sur 7.

« Je me suis donné jusqu’à mes 45 ans, puis j’arrêterai le diabolo et je commencerai une deuxième vie avec un tout autre rythme. »

 

En tout cas, on lui souhaite de continuer à déborder d’énergie et de talent pendant encore longtemps et on vous conseille d’aller le voir à Europa-Park avant la fin de la saison hivernale !

Nach oben
Nous utilisons des cookies pour mieux appréhender votre utilisation de notre site, pour en optimiser le contenu selon vos besoins et vous garantir la meilleure expérience de navigation. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez les conditions de notre déclaration de confidentialité. Plus d’infos