Les Français d’Europa-Park #1 : Thierry, chef d’équipe des opérateurs à Rulantica

À Europa-Park, à Rulantica et dans notre complexe hôtelier, plus de 4 450 collaborateurs ont à cœur de rendre votre visite inoubliable et près de la moitié d’entre eux sont français ! Au cours de cette nouvelle série d’articles « Les français d’Europa-Park », sur notre blog, nous allons partir à leur rencontre et découvrir leur quotidien en tant que frontaliers. Pour commencer, allons voir avec Thierry Sutter à quoi ressemble une journée de travail en tant que chef d’équipe des opérateurs à Rulantica !

La bonne humeur fait partie du travail ! Pour Thierry (2e en partant de la droite), l'esprit d'équipe est primordial.
La bonne humeur fait partie du travail ! Pour Thierry (2e en partant de la droite), l’esprit d’équipe est primordial.

L’univers aquatique n’est jamais silencieux, il s’y passe toujours quelque chose ! Tôt le matin, avant même l’arrivée des premiers visiteurs, l’eau des toboggans éclabousse déjà les bassins. C’est aussi le cas du côté de la piscine à vagues où les collaborateurs s’activent. Une nouvelle journée à Rulantica implique une eau propre et saine. Cela signifie que le travail commence pour Thierry Sutter, le chef d’équipe et ses opérateurs.

Ce Français de 52 ans fait une heure de trajet par jour pour se rendre à Rust. Mais ce n’est pas un problème pour lui : « Je ne vois pas cela comme un travail. Je n’ai jamais été aussi heureux que depuis que je suis ici ! ». À l’origine il était venu aux journées de l’emploi pour trouver un poste pour son fils ! Peu de temps après, il signait son contrat de chef d’équipe.

« Quand les choses deviennent difficiles, toute l’équipe se serre les coudes. »

Le nettoyage avant de dévaler les toboggans

Avant que les baigneurs n’arrivent, les opérateurs s’attèlent au nettoyage : les tubes des toboggans doivent être impeccables ! Et bien évidemment des contrôles de sécurité sont effectués. Cela signifie : enfiler son maillot de bain et faire un tour de toboggan ! Une offre que Thierry décline généralement : il n’est pas un grand amateur d’eau. Mais les volontaires profitent chaque matin de ce court moment de glisse.

La voie est libre ? Lorsque Thierry donne le signal : le prochain visiteur peut y aller.
La voie est libre ? Lorsque Thierry donne le signal : le prochain visiteur peut y aller.

Une fois toutes ces procédures effectuées, Rulantica peut ouvrir ses portes. Pour les opérateurs, un nouveau chapitre de leur journée s’ouvre. Désormais la sécurité des visiteurs est au cœur de leurs préoccupations. Pour cela, Rulantica est divisé en plusieurs sections que chacun opérateur parcourt au cours de son temps de travail.

« L’humeur du visiteur dépend de celle de l’opérateur : si je suis amical et donne une énergie positive, je la reçois en retour. »

Cohésion d’équipe à la cantine

Pour Thierry, la convivialité et l’énergie n’est pas importante que du côté des baigneurs. Au sein de l’équipe, il a à cœur de faire régner une bonne ambiance. Lors de la pause déjeuner commune, ils se rendent à la cantine cachée sous l’hôtel-musée Krønasår. Les opérateurs français et allemands passent du bon temps ensemble comme s’il n’y avait pas de barrière linguistique. Si quelqu’un ne comprend pas quelque chose, une autre personne le lui traduit immédiatement.

Une bonne condition physique est essentielle car le travail d’opérateur physiquement exigeant !

« Beaucoup de collègues jouent au tennis de table ou font du vélo pour être en bonne forme physique pour le travail. »

chevron-right chevron-left

Les toboggans requièrent un bon sens du contact

Désormais Thierry ne se verrait plus travailler ailleurs, particulièrement en raison du contact avec les visiteurs qui le motivent. Mettre à l’aise les visiteurs notamment dans les toboggans en chute libre Dugdrob et Vildfål lui plaît. « Je fais souvent face à des visiteurs anxieux. Si, au final, j’arrive à leur donner envie de faire le toboggan, alors j’ai atteint mon objectif ». Thierry réussit souvent à faire ressortir les baigneurs avec le sourire, même les plus anxieux. Cela requiert une bonne capacité à mettre à l’aise ainsi qu’un certain bagou ! « Imaginez que vous rentriez chez vous et vous racontiez à vos amis que vous n’avez pas essayé ce super toboggan ! Personne ne veut entendre ça » nous raconte Thierry, le sourire jusqu’aux oreilles.

Nach oben
Nous utilisons des cookies pour mieux appréhender votre utilisation de notre site, pour en optimiser le contenu selon vos besoins et vous garantir la meilleure expérience de navigation. En poursuivant votre navigation sur notre site, vous acceptez les conditions de notre déclaration de confidentialité. Plus d’infos